Le Forum des passionnés de cinéma

Discussions et échanges sur le théme du cinéma d'art et essai à Bayonne, sur tout le Pays basque, le sud des Landes et ailleurs...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 à propos de PARADISE NOW

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Robinson Crusoé

avatar

Nombre de messages : 44
Localisation : Bayonne
Date d'inscription : 25/08/2005

MessageSujet: à propos de PARADISE NOW   Sam 10 Sep - 10:57

Je viens d'aller voir le film, un film vraiment extraordinaire, le plus fort qu'il m'ait été donné de voir avec pour toile de fond le conflit israélo-palestinien. Peut-être arriverai-je à mettre par écrit toute la confusion de mes sentiments après avoir vu ce film, mais en attendant je vous copie-colle un article très intéressant et mesuré que j'ai trouvé sur Lematin.ma, un journal marocain en ligne :



«Paradise Now» un film du Palestinien Hany Abu-Assad : Portrait de kamikazes

07.09.2005 | 14h36

«Paradise now» du réalisateur palestinien Hany Abu-Assad, un thriller psychologique sur le thème brûlant des attentats suicide, plusieurs fois primé au festival de Berlin, sort en salles. Alors que les images des attentats de Londres ou de Madrid et les explosions quotidiennes en Irak sont présentes dans tous les esprits, Hani Abu-Assad s'attache à retracer les dernières heures de Khaled et Saëd, deux kamikazes palestiniens, avant leur mort programmée à Tel Aviv.


«L'attentat suicide est un acte extrême, que je condamne, mais ce qui m'intéressait c'était de raconter une histoire de l'intérieur et de partir du processus qui conduit ces hommes à commettre de tels actes», explique le réalisateur, né à Nazareth, lors de la présentation du film lundi soir à l'Institut du monde arabe à Paris.

Coproduit par les Pays-Bas, l'Allemagne et la France, «Paradise now», qui a obtenu le prix du public, le prix du meilleur film européen et le prix Amnesty international au festival de Berlin en février dernier, sort mercredi en France et en Belgique, avant d'être présenté le 9 septembre au festival de Toronto. Il sera distribué le 23 septembre en Autriche, le 29 en Allemagne, puis en Hongrie, en Italie, aux Pays-Bas, où réside le cinéaste et aux Etats-Unis le 11 novembre. La date de sa sortie en Israël n'est pas encore fixée, selon la société Celluloëd Dreams qui le vend à l'étranger.

Pour raconter l'histoire de Khaled et Saëd, deux amis d'enfance désignés pour le sacrifice par une faction palestinienne, Hani Abu-Assad a étudié les interrogatoires de kamikazes qui ont échoué, rencontré des proches. Et il s'est rendu compte que la plupart n'étaient pas des «activistes purs et durs mais des hommes ordinaires».

On assiste au dernier dîner en famille - l'entourage, bien sûr, ignore tout -, à la préparation des corps, rasés, lavés déjà pour la mort, aux derniers messages filmés lors d'une scène dédramatisée par l'humour, car la caméra tombe en panne et le kamikaze doit s'y reprendre à plusieurs fois pour réciter son testament. Mais l'équipée des deux martyrs, ceints d'explosifs sous leur costard-cravate noir, ne va pas suivre le cours prévu. Ils sont séparés. Saëd erre, livré à lui-même, aux doutes, hésite.

Suha (l'actrice belge d'origine marocaine Lubna Azabal), fille d'un héros palestinien, croit que la résistance peut prendre d'autres formes et essaie de les dissuader : «Tuer, c'est faire comme eux, dit-elle, la victime rejoint le bourreau, le paradis n'existe pas». Mais pour Khaled, «mieux vaut le paradis dans la tête que l'enfer que nous vivons». «Nous sommes des morts en sursis».

Hany Abu-Assad, dont c'est le deuxième long métrage de fiction après «Le mariage de Rana», a filmé «Paradise now», dans une tension permanente, à Naplouse, entre couvre-feu, tirs, explosions, opérations israéliennes. Cette tension se retrouve dans le film qui montre, sans manichéisme et sans pathos, le dilemme de jeunes Palestiniens (remarquablement bien interprétés par Kais Nashef et Ali Suliman) pris dans cette nasse.

«C'était une idée totalement démente de vouloir tourner là-bas», reconnaît le cinéaste qui a dû affronter les suspicions de groupes palestiniens, opposés à l'image que donnait le film des kamikazes. L'équipe comprenait, outre des Palestiniens, des Néerlandais, des Allemands, des Français, des Belges, et des Israéliens pour les scènes tournées à Tel Aviv.

Une partie de l'équipe européenne a finalement jeté l'éponge après l'explosion d'un missile sur une voiture, non loin du lieu du tournage, et Hany Abu-Assad a dû se replier sur Nazareth pour terminer son film.



| AFP
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leplebeienbleu.hautetfort.com/
 
à propos de PARADISE NOW
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» À propos de la saga Twilight
» Condamné pour des propos tenus sur un forum
» The Paradise, "Au bonheur des dames" adapté par la BBC
» [MEP] Paradise
» A propos des images !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des passionnés de cinéma  :: ciné-passion-
Sauter vers: