Le Forum des passionnés de cinéma

Discussions et échanges sur le théme du cinéma d'art et essai à Bayonne, sur tout le Pays basque, le sud des Landes et ailleurs...
 
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 La vraie vie c’est de la publicité : le cauchemar tchèque

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Robinson Crusoé

avatar

Nombre de messages : 44
Localisation : Bayonne
Date d'inscription : 25/08/2005

MessageSujet: La vraie vie c’est de la publicité : le cauchemar tchèque   Mer 16 Nov - 23:09



Cherche rieur cataclysmique avec beaucoup d'espoir

Hier soir, aux alentours de 20h 15, l’heure du rendez-vous fixé par Ramuntxo pour ne pas assister au concert qui ne précéderait pas le film qu’il ne fallait surtout pas voir mais que nous n’aurions manqué sous aucun prétexte (moi, Robinson Crusoé et son alter ego le plébéien bleu), je faisais donc mon entrée, tout à fait anonymement, dans le hall de la Taverne de l’Atalante à Bayonne, bien décidé à prendre au piège de mon APN rafistolé les quelques témoignages photographiques essentiels qui illustreraient le reportage ethnologique sur la jeunesse locale et estudiantine avec lequel j’entendais agrémenter ce forum. Les résultats ne sont jamais à la hauteur de nos attentes. Du moins je préfère m’en convaincre, ce soir, en écrivant ces lignes sans trop savoir où elles me mèneront ou si même je parviendrai à conclure avant vendredi… Voilà, j’y étais donc, l’index droit crispé sur le bouton déclencheur de cataclysme, flaaaaaaaaaaash, les lunettes au fond de mon «fuck in town», impossible de vérifier si la prise vue est bonne. J’ai forcément bougé, le cadrage est aléatoire, il fait sombre, la jeunesse a besoin d’obscurité pour s’épancher, semble-t-il, en face de moi c’est très certainement l’orchestre, les musiciens je veux dire, les Sunflowers qui ont super bien chauffé l’ambiance. Ça danse. Ça regarde danser. Ça fume. Ça se regarde fumer. Ça se bouscule poliment et ça sourit. Ça éclate de rire et de chaleur humaine, manifestement. Ça boit pas mal aussi. Plus qu’à l’habitude, c’est sûr, c’est ça les jeunes. Plus qu’à l’habitude à la Taverne de l’Atalante, je veux dire. Quoique… Enfin, je ne sais plus, c’est peut-être leur habitude aux jeunes, je ne sais pas, j’en ai pas, moi, de jeunes. Ça étudie le jour et ça fait la fête la nuit, les jeunes, ou vice versa, je crois. Sauf s’il y a le couvre feu, bien évidemment. Bref, ça paye ses consommations avec des tickets d’invitation bleu et blanc. Bien étrange façon de faire de la discrimination positive, non. Je ne dis rien pour les couleurs, mais, bon, moi ma bière je l’ai payée trois euros dix... Ça bénéficie de plein de privilèges, les jeunes, du moins certains, ici, certains soirs. Et ça semble trouver ça tout à fait naturel. Faut leur offrir des coups, aux jeunes, sinon ils refusent de venir gratuitement au cinéma. C’est comme ça les jeunes, ici et maintenant. Et puis ça me dit que ça ne veut pas être sur la photo…
Les ennuis vont peut-être déjà commencer !
Des fois j’ai beaucoup de chance, pas toujours, pas souvent en fait, des fois même je me figure que c’est jamais, mais là c’est flagrant, j’ai eu de la chance. En fait, le cataclysme ce n’est pas moi qui l’ai déclenché avec mon index droit mais une fille pas si jeune que ça (on peut être étudiant à tout âge, n’est-ce pas !) en disant je ne sais quoi à je ne sais qui, une fille que je ne saurai pas reconnaître, pas davantage, malheureusement, que ce «je-ne-sais-qui» ; toujours est-il que la diversion a opéré et que j’ai réussi à me dissoudre dans la foule tandis que le jeune vindicatif, qui voulait probablement tirer un profit mousseux et subséquemment désaltérant de son droit à l’image, n’existe désormais plus que sous la forme de pixels, et de dos, sur cette page d’internet. Ce cataclysme, c’est un tonitruant et incroyable fou rire masculin, un truc complètement dingue qui m’aura cette fois encore sauvé la mise et qui pour moi, si j’avais pu l’enregistrer, témoignerait au plus juste de l’esprit et de l’ambiance de cette soirée et du film qui en a fait le prétexte «faculturel» : Un rêve tchèque. Un brillant «documenteur», pour paraphraser le critique de Studio Magazine, dont je dirai peut-être quelques mots ici si vous n’allez pas le voir, sinon, les commentaires, autant que ce soit vous, très chers membres de ce forum, qui les fassiez. Moi je suis à la recherche de ce type, de ce cataclysme cinéphile qui aura su si bien ponctuer toutes les cinq minutes, au deuxième rang, deuxième fauteuil en partant de la gauche face à l’écran, ce spectateur extraordinaire de spontanéité qui aura provoqué des bangs en chaîne (140 décibels au ras des fauteuils pour un franchissement du mur du son à mille mètres d’altitude au-dessus de l’écran) pour célébrer joyeusement l’aveu cynique de ce cauchemar tchèque qui ressemble tant à notre quotidien. Bien sûr, je comprends bien la colère de Pantxika et les réserves de Maddi, mais je préférerais qu’elles en parlent elles-mêmes, ici. Si elles me lisent. Ce premier film de deux très jeunes réalisateurs tchèques qui pourrait désormais être qualifié de «culte» par nombre d’étudiants de la faculté de Bayonne, pour ma part, je ne suis pas convaincu qu’il puisse porter un message pédagogique bien au-delà d’une certaine jubilation à tourner en dérision le drame essentiel de nos sociétés d’avidité. Quand le rire s’éteint le désespoir point (proverbe collectiviste). Mais ne boudons jamais notre plaisir, disait Monsieur Hontas, et il avait bien raison. Bref, je veux retrouver ce désormais illustre anonyme. Le rieur cataclysmique. Aidez-moi, très chers lecteurs de ce forum, aidez-moi à l’identifier. Je voudrais tant pouvoir enregistrer son rire et le greffer dans ma propre gorge. Je voudrais tant qu’il revienne tous les soirs à l’Atalante pour nous offrir des salles pleines comme un œuf qui volerait des poules après le bœuf, pleines d’un public chaleureux, chaud et heureux de communier sans confession, des salles pleines de jeunes qui aiment le bon cinéma et la bonne bière et connaissent leur vrai prix.

Vendredi du Soir (espoir)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leplebeienbleu.hautetfort.com/
Robinson Crusoé

avatar

Nombre de messages : 44
Localisation : Bayonne
Date d'inscription : 25/08/2005

MessageSujet: Re: La vraie vie c’est de la publicité : le cauchemar tchèque   Jeu 1 Déc - 19:54

Dans mon texte d'ambiance ci-dessus je citais Pantxika et Maddi qui, toutes deux avaient émis finalement bien plus que des réserves à propos de ce petit film génial qui a pas mal entretenu mes cauchemars depuis. Voilà-t'y pas que Maddi finit par me faire un petit commentaire sur mon blog tellement ça l'a travaillée aussi... Alors je pense qu'il serait intéressant que je remette son commentaire ici où il a également toute sa place. J'y joins en illustration un petit montage qu'elle m'a également adressé.




Cher plébéien bleu,

Il y a quelques jours que tu me disais vouloir mon avis et par écrit siouplait, sur le film "Le rêve tchèque". Je me suis donc tarté toute ta littérature et j'ai enfin retrouvé la petite phrase qui y fait référence.
Bref, bien que le sujet ne soit plus tout à fait dans l'actualité, je vais te faire part ici du sentiment assez désagréable que j'ai éprouvé à la vision de ce pur objet destiné au public occidental, riche et "cultivé", repu de ses repas équitables.
En effet, voici deux fringants étudiants (Dieu sait si je les déteste... Ayant moi-même complètement foiré mes études, ce qui me donne le droit depuis à des jobs de merde, mal payés et souvent de courte durée heureusement, ce qui dégage du temps libre pour écrire au plébéien). Bref, deux petits cons dont l'ambition unique est bien de faire un coup, ce qui leur permettra par la suite de trouver des producteurs plus facilement que leurs petits camarades plus fleur bleue et moins aguerris aux techniques marketing.
Marketing c'est quoi ? C'est une idée, n'importe laquelle en générale. Celle-là n'est pas mauvaise. Mais filmer pendant 1h30 (avec le pied gauche) les deux pondeurs de la bonne idée dans "les p'tits futés chez le relooker", "les p'tits futés chez le photographe", "les p'tits futés chez le graphiste", "les p'tits futés chez l'imprimeur" etc… etc... Et finalement expédier en deux coups de cuillères à pot le véritable enjeu du film (mais qu'ils avaient oublié depuis longtemps tant ils étaient occupés par leurs divers rendez-vous en ville), c'est-à-dire regardez comme le marketing (c'est à dire nous) se fout de votre gueule ! Ah ah ah ! Qu'ils ont l'air con avec leurs filets à provisions. Hé hé hé ! On vous a bien possédés ! Nous on sait de quel côté y faut se placer !!!
Bref, je ne sais pas si ma démonstration est assez claire, mais je sais pour t'avoir lu (pas toujours en entier) que sur ce blog on peut dire ce qu'on veut, surtout si c'est pas clair mais obligatoirement si c'est sincère.

Mai


J'espère que Pantxika saura, quant à elle, trouver toute seule le chemin de ce forum pour y exprimer son sentiment à propos de ce rêve tchèque.
Vivement que l'on commence un peu à échanger à propos de notre passion commune, le cinéma, mais aussi de nos regards sur la vie et les vivants !

Robinson Crusoé
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://leplebeienbleu.hautetfort.com/
 
La vraie vie c’est de la publicité : le cauchemar tchèque
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La vraie liberté ne consiste pas à faire ce qu'on veut...
» Publicités pour le voyage inaugural
» Publicité pour le forum
» Cablecom et son service plus = publicité mensongère
» [Etcherelli, Claire] Elise ou la vraie vie

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum des passionnés de cinéma  :: ciné-passion-
Sauter vers: